Les Boules: Une jonction surréaliste à Montréal

Nous avons entrepris, il y a déjà plusieurs lustres, d’entrelacer nos activités surréalistes pour faire face à la vanité du socioculturel. Il n'en fut que de peu, surtout des dessins et des tableaux peints, quelques collages et assemblages, des poèmes et inscriptions. Peu de nouvelles technologies pour plutôt favoriser l’élan spontané, libéré des contraintes.

Pour nous, c’est l’expérience qui compte. La fuite dans la rencontre des taches et des traits, dans le plaisir d’un art fait de peu parce qu’exubérant de visions. Pour catalyser ces rencontres, nous plongeons occasionnellement dans un art collectif, indivisible, où l’artiste-individu se fond à la meute. Dans un dessin ou un tableau collectif, pas de zone réservée, pas de cache limitative, pas de spécialisation, pas de direction, pas de signature. L’intervention d’un participant est source de visions pour les autres et des formes ouvertes sont créées en attente de complétude. L’œuvre véritablement collective ne saurait supporter l’ego.

Un mélange tumultueux de rationnel dans l'imaginaire et d'imagination dans le rationnel. Salmigondis et fatras, générateurs de sens indéterminés. Seule l’action surréaliste nous transforme, son spectacle n’est qu’un goût.

Sans façon, voici quelque clichés ...


"L'Oeil", Les Boules, 2004,
graphite et crayon sur papier, 8 participants.

 



"Scène des Espèces", Les Boules, 2005,
acrylique sur toile, 7 participants.

 



"La Betterave Atomique", Les Boules, 2005,
acrylique sur toile, 7 participants.

 


"Lampadaire", Les Boules, 2004,
graphite sur papier, 8 participants.

 



"Escalier de Coin", Les Boules, 2005,
acrylique sur toile, 7 participants.

 



"Dessin", Les Boules, 2006,
pastel sur papier, 7 participants.

 



"Le Vaisseau Pirate", Les Boules, 2004,
acrylique sur bois, 50cm X 50cm. 5 participants.

 



"Fresque", Les Boules + The Recordists + La rotule de l'impie, 2011,
encre sur papier.

 
 

 

retour